Historique

Kanarbed  Le Beuk (rot en breton) est né de la volonté de diffuser une gamme de boissons éthiques et alternatives dans les bars, les boutiques et à l’occasion d’évènements divers. Ce désir de proposer des produits issus de l’économie solidaire est apparu tout d’abord avec l’ouverture en 2000 de La Realidad à Morlaix (Bretagne, Nord Finistère), premier bar excluant tous les produits des multinationales pour y préférer des produits artisanaux, « bio » et éthiques. Toutefois, aucun cola alternatif n’existait encore, Les pionniers de la Realidad ont alors décidé d’élaborer leur propre soda et mettre en place une structure de distribution. En avril 2002, la SCOP Kan Ar Bed est créée.

bouteille-beukCette coopérative a d’abord diffusé des boissons artisanales proposées par Oxfam ainsi le Beuk Cola, le premier cola équitable de la planète ! Le succès de ce dernier fut immédiat. Il a tout d’abord été distribué en Bretagne, puis en France, et enfin dans d’autres pays européens (Belgique, Allemagne et Italie). Il était le seul cola à avoir une diffusion aussi large. L’entreprise comptait alors deux salariés quand en 2008, pour des raisons techniques ayant entrainé des difficultés financières, Kan Ar Bed a dû mettre la clef sous la porte.

L’activité de distribution de boissons issues du commerce équitable a pu être maintenue par la scop Tri Martolod mais la production du Beuk été stoppée. L’association « Beuk kola » a rapidement été créée dans l’objectif de relancer le cola alternatif.

Le nouveau Beuk est réalisé à partir de sucre biologique et équitable provenant du Paraguay produit par des paysan(ne)s membres d’ASOCACE.

canicultoresL’Asociación de Cañicultores Orgánicos de la Zona Central a été créée en 2002. Elle est située dans la région centrale du Paraguay, à proximité de la capitale Asuncion. L’association regroupe les producteurs de canne à sucre labélisés bio ou désirant passer au bio.

Les membre d’ASOCACE bénéficient de prêts de matériel agricole (dont 4 tracteurs), de mise à disposition de semences et d’engrais biologiques, de formations agronomes.

Les bénéfices supplémentaires générés via des pratiques plus équitables sur la filière incluent entre autre une prime à la tonne de 80 dollars. Ces fonds récoltés permettent aux producteurs et productrices de s’investir dans la communauté via un dispensaire médical entièrement gratuit, une clinique dentaire, le financement de matériel scolaire, la mise à disposition d’un lieu de réunion et de vie pour les sociétaires…

Le sucre biologique et équitable est importé par la Maison Meneau, membre de l’association Beuk, selon les critères du référentiel ESR (Echanges Equitable et Solidaire). L’entreprise aquitaine réalise ensuite un sirop, étape nécessaire pour la fabrication du soda équitable.

Charte

Destroy CapitalismL’association Beuk remet en cause les règles qui régissent actuellement le commerce international car elles maintiennent et consolident la domination des pays du Nord sur les pays du Sud alors que ceux-ci sont détenteurs de richesses qui peuvent et doivent leur profiter. Le commerce équitable est une alternative concrète aux échanges inégaux entre pays : il met le respect de l’homme, le dialogue, la transparence et l’équité au cœur des relations économiques. En effet, un commerce équitable, c’est :

  • assurer une juste rémunération du travail des producteurs
  • prépayer une partie de la commande afin que les producteurs ne s’endettent pas
  • établir des relations de travail et des contrats à long terme avec les producteurs
  • garantir un fonctionnement et des procédures de prise de décision démocratiques dans les organisations de producteurs
  • développer des activités productives respectueuses de l’environnement
  • proposer des conditions de travail conformes aux normes fondamentales de l’OIT
  • s’assurer que le développement d’un produit d’exportation ne mette pas en péril la sécurité alimentaire

Parce que les marchés sont mondialisés, les choix que nous faisons ici ont des répercussions ailleurs. De cette interdépendance des économies, l’association Beuk tire des enseignements et se donne pour priorité d’agir pour le développement d’un commerce international équitable et d’un commerce local juste prenant en compte les producteurs locaux. C’est pourquoi l’association Beuk inscrit le commerce équitable dans une démarche d’économie alternative et solidaire.

Pour défendre ses idées avec cohérence, l’association Beuk se donne les moyens suivants :

  • L’association Beuk se positionne pour le développement du commerce équitable hors du réseau de grande et moyenne distribution et privilégie d’autres réseaux alternatifs qui permettent
    une consommation plus responsable et un respect des producteurs.
  • L’association Beuk sensibilise les acteurs du secteur économique (consommateurs, producteurs, entreprises, syndicats…), les institutions et les responsables politiques, à l’existence d’un autre mode de commerce plus juste.